lundi, février 13, 2006

Le printemps des mots...

Des regards exultent de joies et se laissent bercer par les chants méditerranéens : ils se font à la fois discrets et tendres, doux et fort. Quand, je les frôle, ils se racontent des vies, il suffit juste de souffler sur les braises de cendres de syllabes.
L’évasion se fait émulation en spectacles d’idées rebelles, d’images mémorables qui naissent dupant ma vigilance ou ma rigidité. L’évasion tourne en invasion de cet univers de paroles où l’inattendu se donne rendez-vous, fulgure en éclosion.
Ma mémoire reverdit dans ce mouvement de cohésion un peu poétique et littéraire. Les regards nous entraînent à les écouter bruire et pousser des jets de joies. Ma fuite, ou dois-je dire ma tentative de fuite est encore plus puérile à ces moments là, ils me détiennent d’un vague lien, et réclament une belle floraison un peu qui demeure intérieure à la limite du mystère.
Regards qui appellent à la rencontre, à la découverte, un échange naît, pullule et cette soif de vouloir s’expliquer ou s’exprimer à tout prix ?
Empreints de franchise, de loyauté, dépouillés d’hypocrisie, ils bafouent d’une main toutes les tentatives de décadences. Regards à la fois touchants et profonds qui brisent les silences des lèvres, qui osent exprimer un état d’âme, un sentiment, un ressentiment...
Des regards qui se troublent, sensibles et fragiles à la fois. Ils leurs arrivent de marquer un recul par rapport à ce qui les entourent ou ce qui les brouillent. On se retrouve dans certains d’entre eux à l’image de cette rencontre avec ces mots.
Ils érigent des liens, des ports d’attaches, moins obscures, regards qui abhorrent toute fuite étant mués, ils se trouvent verbalement rebelles et plus expansifs.
Regards ouverts sur l’autre qui stigmatisent ce goût marqué pour l’émoi.
Ne soyez pas pétrifiés d’affolement à leur contact, même si vous sentez saisis d’un ébranlement.
Le regard n’altère en rien les dessous des âmes, il rime avec les intimités des moi : il se fait révélateur et n’occulte rien.
Il existe des regards rafraîchissants, il y’a des regards froids, il y’a des regards flegmatiques.
Il y’a des regards indifférents, différents, d’autres inspirateurs, d’autres conciliants.
Il y’a des regards changeants, ironiques, incertains, d’autres altérés par une tristesse qu’on essaie de comprendre.
Venez abordez les regards.
Venez vous ressourcez de longues écritures sur les êtres : les Regards.


Lynn

22 Comments:

Blogger kb said...

t'as été vite ma parole!!
:)))

kb

4:18 PM  
Blogger lynn said...

Kb,

C'est grâce à toi, je te remercie.

Lynn..redevable
Ps: juste une chose: pour les compteurs , on fait comment chef?:)))

4:28 PM  
Anonymous kb said...

on va t'arranger ça

kb...multiple

4:34 PM  
Blogger lynn said...

Kb,

C'est gentil de ta part humble samaritain. Et le lien vers Ecris-vains?:)))

Lynn

4:36 PM  
Anonymous kb said...

je te préviens que je n'assure pas le service apres vente :):)

tu devras donc t'y mettre un jour l'autre...surtout que c'est tres facile :))

va pour Ev....on linke

kb...la samaritaine
commandez par catalogue

4:42 PM  
Blogger lynn said...

KB,

Attends un peu, corrige moi si je me trompe:

Les fameux problèmes des "é" et des "à" ...C'est l'oeuvre du Grand Spécialiste du net que tu es:)))...

Lynn...redevable quand même

4:54 PM  
Anonymous yasmine said...

je ne changerai pas d'avis, le printemps de tes mots fait valser mes pensées et tout mon être!!

Sois celle qui à la fin de son idée nous invite magiciennement à un monde où trame et gras fusionnent jusqu'a donner naissance à une phrase oh! combien noble et délicate!
Bravo lynn, bravo du fond du coeur

5:16 PM  
Blogger lynn said...

Yasmine,

Tu as pu enfin trouver le blog: je me suis inquiétée quand tu me disais que tu n'arrivais pas à te connecter dessus.
La magicienne des mots: c'est toi.

Lynn

6:48 PM  
Anonymous Chighaf said...

Salut Lynn
Tu sais je lis tes textes et je ne sais jamais quoi dire, j'apprécie je me ressource et je repars.

Moi aussi je suis très sensible de la profondeur d'un regard, du bout de vie qu'il nous expose.

Bessa7a le new look :-)

9:47 PM  
Blogger crucivore said...

L'esthétique n'a de comprable que la beauté des mots et la richesse des idées. D'autant plus que les idées rebelles sont les plus poétiques puisqu'elles permetent l'évasion et banissent l'uniformité et le conformisme.
En tout cas chapeau bas !
Je pense avoir intérêt à faire un stage chez Kb pour domestiquer ma voracité Blogspotienne.Kb dit que c'est facile !!!!
Moi je n'arrive pas à domestiquer la présentation de mes photos.
Au fait C'est pas trop cher ?

10:18 PM  
Anonymous Bluesman said...

سلام
ونظراتنا تتبعك تترقبك وتتمتع بكلماتك
كا بي:شكرا لمدك يد المساعدة للعزيزة لين

1:14 AM  
Blogger lynn said...

Chighaf,

Se ressourcer est bien le mot: effectivement, je vais souvent te lire.
Tu es fait du très bon travail.
Pour le new look, c'est à KB que je le dois.
Je te remercie pour ton commentaire

Lynn

7:38 AM  
Blogger lynn said...

Crucivore,

Tout comme toi, c'est le fond des choses qui a plus d'importance à mes yeux.
Le mot nous hèle pour voyager, il est aussi le truchement via lequel on s'exprime, on exprime nos pensées et nos sentiments.
Le mot est aussi quand il est ouvert sur le monde appelle au partage d'avis.
Le mot est médiateur qui rapproche les inconciliables.
A mes yeux, le mot acquiert une importance sûre. J’ai remarqué aussi en te lisant que les mots sont bien mesurés, presque dosés : la thématique qui les traverse l’est aussi à mes yeux : je ne peux que t’en féliciter.
Pour le nouveau Look, et bien, j’ai rien payé : Kb a un cœur d’or, je crois qu’il l'a fait et j’en suis sûr de bon cœur.
Mes propos ne sont pas publicités, mais juste encore des remerciements enrobés en mots:))
Mais , si tu as besoin de lui, tu peux juste le contacter:)))

Lynn

7:59 AM  
Blogger lynn said...

Bluesman,

Merci et tu sais, je vais te dire une chose: je comprends mieux ton écriture là:il faut dire que dans l'ancien blog, j'avais besoin des services d'un traducteur, mais j'avais beau cherché ....En vain.

Lynn

8:02 AM  
Anonymous Bishara said...

Bessahah la refonte, merci KB pour ce beau paysage,
lynn tu es vraiment gâtée par notre grand poète mmmmmm
Bishara...

1:50 PM  
Blogger lynn said...

Bishara,

Merci aussi pour ton gentil commentaire.
Kb est un bon samaritain: il a juste voler à mon secours.

Lynn

2:28 PM  
Anonymous Valérie said...

Le regard c'est l'ouverture au monde ... et l'ouverture sur soi ... les plus beaux regards sont ceux de l'intérieur d'où émanent un silence apaisant ...
Merci pour votre texte ...
Vous avez une écriture qui apaise ... vos mots me touchent beaucoup ...

5:01 PM  
Blogger crucivore said...

Merci pour ta visite matinale.
Je sais presque tout de Kb, de ses écrits, de ses expressions imagées et aussi qu'il a un corps, oups!!!
pardon un coeur d'or.

9:23 PM  
Blogger lynn said...

Valérie,

Je partage ton avis: le regard est avant tout un regard que l'on porte sur soi.
Il est aussi une lecture plausible des personnalités qui sont derrière: il y'a des regards pleins de bonté.
Il y' a aussi des regards qui trahissent une tristesse, ou des fois des regards à la fois porteur de peine et de douceur, comme si la vie les a marqué, ou nous a marqué à travers eux. Un indicible mélange de douleur doublée d’ une force d'aller de l'avant malgré la blessure....

Lynn

6:58 AM  
Blogger lynn said...

Crucivore,

C'est moi qui tient à te remercier: tu nous a fait un beau cadeau à travers la ballade en photos que tu as publié sur ton post d'une ville que j'adore beaucoup. Une médina des plus charmeuses et des plus captivantes que tu nous offres en image.

Crucivore, juste une dernière faveur pourrais-je ajouter ton blog à ma rubrique: ceux que j'aime? (avec l’aide de KB)

Lynn

7:04 AM  
Anonymous Bishara said...

moi avec les mots
Tels le sable et la mer
Ces vagues qui me caressent l’esprit
Cette écume qui me rafraîchit
Eveille des sensations sans cesse
Sur mon corps elles se prélassent

Je danse, je m’emporte, aux rythmes des vagues
Merci lynn pour cette vague houleuse de mots
Bishara...danse avec les mots

4:44 PM  
Blogger lynn said...

Bishara,

Je danse avec les mots
Je les grave par hasard
D’allégories et d'images
D’une force naturelle
Je les fais parader
Je les effleure
Je les appelle
Je les conserve
Je les drape
D’étoffes
De sensibilités

Je danse avec les mots

Lynn

5:01 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home