lundi, février 20, 2006

On ne badine pas avec le regard....

Des regards qui ne disent point ce qu’ils pensent, des sourires qui on le sent forcés juste pour se montrer aimables.
Il y’a des jours où l' on a envie de changer les mentalités pour pouvoir dire que le regard est franc.

La littérature a toujours tracé des traits, des caractères qui m’ont toujours poussé à se poser la question : S’agit-il de faits réels de sociétés ou s’agit-il d’une fiction, de personnages, juste inventés avec des personnalités récurrentes.
Quand, le roman est autobiographie, les doutes s’en volent, parce qu’avec l’écrivain, on fait un pacte de croire en ses mots : cela me rappelle un certain pacte autobiographique auxquels de grands critiques se réfèrent pour aller puiser toutes les clauses possibles pour une lecture des plus rassurantes des autobiographies. Vous allez me dire que l’on reste au stade d’analyse, mais à coût sûr, c’est d’ailleurs, et sans aucun doute de but de cet article !
Si on avance encore plus dans cette analyse et l’on ajoute à cette liste une étude sociologique : cela devient de plus en plus ciblé.
En effet, quand le sociologue lui-même se met à taxé la société maghrébine, de société de paraître : cela m’inquiète et renforce plus l’idée de la lectrice que je suis, qu’un sociologue ne s’amuse pas, et ne badine point avec des concepts tels que l’hypocrisie, dichotomie : être /paraître et la liste est longue.
Autre fait qui m’a toujours intéressée dans cette analyse et qui corrobore cette impression que j’ai dans cette quête de vérité : c’est qu’en plus du sociologue, l’universitaire s’en mêle aussi !
Quand des conférences ont pour thématique une société, c’est que cela devient un phénomène. Quand des séminaires ressassent, preuves à l’appui « des textes des plus fiables », que dans la fiction, il y’a une part de vérité qui est narrée, cela me laisse un peu perplexe devant l’unanimité de propos et des messages véhiculés.
La société maghrébine a fait l’objet de plusieurs études (Cf, Les Doctorats et Conférences à travers les universités et à travers le monde). Tous semblent, notez bien la nuance ici, que la société vit de paraître.
Le regard quand il se fait de l’intérieur est un regard qui à mon avis se veut objectif, preuve à l’appui les nombreuses études faites sur ce sujet.
Ce que j’entends par regard intérieur : c’est un regard porté par les spécialistes natifs des pays. Autre fait, il est intéressant de noter aussi ici et permettez moi de le citer en guise de conclusion, allons à le recherche de ce regard que porte un étranger sur cette société. Nombreux récits de voyages retracent certains traits qui ont marqué ces périples.
L’intérêt des études et des UFR se portent récemment sur l’étude : des guides de voyage, ils ont pris la forme de récit de voyage des temps moderne.
Une chose est certaine, l’unanimité des analyses, n’en déplaisent à certains d’entre nous.
Je voudrais tout de même ajouter ici que, à mon avis, il existe aussi des gens sincères qui sortent du lot.

Lynn

19 Comments:

Anonymous Yasmine said...

Je n'ai pas une seule seconde douté de tes capacités en matière d'écriture .. je n'oserais même pas y penser à le faire, tu écris si bien et là tu viens de le confirmer! une analyse aussi bien bâtie et structurée pour donner ton avis personnel sur un sujet aussi profond,c'est vraiement le cas.

Ecris lynn et apprends-moi
merci

10:15 AM  
Blogger lynn said...

Yasmine,

Merci pour ton commentaire.
Je ne fais que développer avec objectivité sur un sujet qui est traité par de nombreux chercheurs.


Lynn

10:37 AM  
Anonymous kb said...

Lynn, il suffit qu'une tête chercheuse éminemment sociologue, bardée de diplômes expose son point de vue par rapport à une société donnée, pour que cela nous atomise le dernier brin de conscience capable de discernement. Dès lors toute analyse ultérieure de cette même société sera immanquablement influencée par le point de vue "originel" qui fera désormais figure de référence et toute extrapolation vis à vis du sujet se fera dans un "carcan" de pensée préétablie où le fond est désormais fixé.
Personnellement je ne pense pas que l'attitude du paraître puisse être attribuée à l'ensemble d'une société, devenant par là une caractéristique fondamentale "labelisant" cette société.
Le paraître est plus présent dans la classe "bourgeoise" d'une société quelconque.
Malheureusement dans de nombreuses autobiographies maghrébines l'amalgame est souvent commis de classer dans le même registre l'attitude du "paraître" et l'attitude de "pudeur" plus présente dans la société maghrébine, ce qui pour moi est une faute grave car elle déplace tout le caractère "noble" , si je puis dire, de la société maghrébine dans son ensemble, sous la caractéristique frivole d'une minorité bourgeoise.
Si tu es allée dans le monde rural marocain, tu auras certainement remarqué la sincérité des gens. S'ils partagent tout ce qu'ils ont avec l'étranger de passage ce n'est certainement pas dans un but de paraître mais dans un geste authentique de fraternité humaine et culturelle. Ils ne feront jamais étalage de leurs malheurs non pas pour "paraître" mais par "égard" au "daïf". Maintenant si les analystes littéraires, dont beaucoup font dans le paraître, ne font pas la différence entre ces deux attitudes pourtant distinctes, cela veut tout simplement dire que dans leur quête d'évolution cartésienne ils ont du perdre une part de leur humanité profonde.

Kb...Analystes ! attention à la grosse tête :)

11:35 AM  
Blogger lynn said...

Kb,

Il me semble que j'ai fait une analyse en me basant sur des faits objectifs, et en clôturant mon article, en laissant sous entendre qu'il y'a des gens sincères, qu’il existe bel et bien des gens vrais, des regards vrais aussi

Lynn

11:47 AM  
Anonymous kb said...

Lynn ma grande, lorsque je fais allusion aux analystes à la grosse tête, sociologues bardés de diplômes ce n'était pas à toi que je pensais loin de là, connaissant déja ton objectivité et ta droiture en matière d'analyse :))
cependant j'avoues que j'achoppe un peu sur ton "il existe aussi des gens sincères qui sortent du lot...ça induit une notion de rareté...une minorité qui ne court pas les rues :):)

kb...qui ne critique pas pour paraître, mais parcequ'il t'estime :)

11:54 AM  
Blogger lynn said...

Kb,

Tu as juste une impression: Je n'ai point voulu souligner la rareté, mais juste l’existence, mais sans arrière pensée de la quantifier.Juste souligner

Lynn

12:10 PM  
Anonymous kb said...

Lynn je comprends mieux ton intervention (j'ai lu mon mail) :):)

tu peux sucrer mon post..

kb...du côté des barisiens

12:34 PM  
Blogger lynn said...

Kb,

Pourquoi sucrer ton post, il est très bien!
Ici, c'est un espace de partage dans le respect et donc, tu ne m'as pas insulté que je sache:)))
Donc, adjugé, il reste.
Je respecte ton point de vue, je le partage.

Lynn…qui adore les marocains

12:44 PM  
Anonymous mamouche said...

Vue de ma fenêtre:
Le marocain des villes.. le marocain des champs... et les MRE
Il m'a été donné à plusieurs reprises d'être l'invité des uns et des autres .
Chez les premiers: un accueil chaleureux,confortable mais où le paraitre n'est que trop rarement absent(désolée), et pas uniquement dans le milieux bourgeois, également et surtout rencontré dans la classe dite "moyenne"
Avec les seconds :
Comme l'exprime si bien KB, nul besoin de paraître, tout réside en la simplicité, avec cet accueil démesuré de par les embrassades, mais qui, à chaque fois est d'une sincérité déconcertante! même dans leur malheur quotidien le rire reste présent.
Le reccord du paraître(au risque de perdre des amis!)reste détenu par les MRE.
Commentaire simpliste et réducteur (dix pages ne suffirait pas pour débatre sur le sujet),cela reste la constation que j'ai tiré
En cela, je rejoins l'avis de Fabrice lorsqu'il s'est exprimé sur un autre post!
Il n'en reste pas moins délicat de juger les gens sur un regard ou un comportement!

5:07 PM  
Anonymous mamouche said...

désolée, suite à une mauvaise manipe mon commentaire a été publié alors qu'il se trouve incomplet et à l'état de brouillon
ainsi vont parfois les billets! Déconcertée je n'ai toutes fois pas envie de le reprendre,j'aurais d'autre occasion pour défendre mon point de vue!
Mamouche également amoureuse des marocains, avec leurs faiblesses et leurs qualité comme tout être humain

5:19 PM  
Blogger lynn said...

Mamouche,

Je ne peux que partager ton point de vue.
Je dirais aussi que les gens sincères existent, mais qu'un regard extérieur, indépendamment d'une étude est aussi intéressant.

D'ailleurs, je me permets de traiter le sujet autrement, supposant que l'on veut se faire une idée sur soi, ou sur l’image que l’on renvoie à l’autre. Si on porte un regard sur soi, on est souvent "subjectif", il y'a des choses que nous même nous n'arrivons pas à remarquer alors qu'elles "sautent", permettez moi l'epression, aux yeux d'un regard extérieur.Donc, le regard extérieur est un regard (objectif, je le souligne encore une fois) qui met en avant, et pose le doigt sur des choses qui nous échappent.

Mamouche, je te remercie pour ton commentaire et pour ta présence sur ce blog.

Lynn...vous souhaitant une excellente soirée

6:09 PM  
Anonymous FABRICE said...

@ Lynn,

Tu oses ma chère écrire sur le paraître. Un conseil en cette période hyper tendue, il faut surtout bien peser ces mots. Mais je te fais confiance, plus diplomate que toi ça n'existe pas.

@Mamouche,

Ca me fait plaisir de te lire. Comme tu le sais, je n'avais donné qu'un avis, rien qu'un avis sur le paraître! Et pourtant mes mots étaient aussi pesés . J'évoquais en fait le paraître de certains! J'avais bien écrit certains et je le maintiens!
Cet avis n'était en aucun cas un jugement. Quelle prétention aurais-je pour juger, je ne suis pas Dieu pour juger.
Mais la liberté d'expression pour certains étant de la fiction ou du virtuel, il est impossible d'avoir un dialogue ouvert!
C'est ainsi chère Mamouche.

Je ne te cache pas que je suis écoeuré de la complicité et de la non prise de position de certaines personnes.

7:17 PM  
Blogger lynn said...

Fabrice,

C'est mon blog, j'ai le droit d'écrire sur les sujets qui m'intéressent: je laisse de coté sociologie, psychologie, littérature et communication, le chercheur.... mais une chose est sûre :à mon avis, on se doit de respecter tous les avis qui s'émettent dans le respect de l'autre, même si l'on ne partage pas cet avis.
Notre commentaire se doit d'être modéré, non virulent: c'est le béa bas du civisme .Nous sommes par respect quand nous naviguons sur le net, a fortiori sur des espaces qui nous sont pas les nôtres: Tolérer tous les avis, marquer notre désaccord dans le respect de la personnalité de l'autre.
Je comprends ton écoeurement, je le partage.
Entre Juger et donner un avis il y'a un fossé.
Je rejoins le point de vue de Mamouche et donc Fabrice, je tiens à te dire que je partage aussi ton avis.
Je le respecte.

Lynn

7:46 PM  
Anonymous sonia said...

Je suis passée à plusieurs reprises souhaitant noter mais n'y parvenant pas... Je me lance... En tentant de ne pas être trop maladroite...
J'ai du mal à avec le fait de généraliser... Comment peut on réduire un pays, une population à un seul et unique trait de caractère... Je trouve cela tellement réducteur... Les journalistes comme beaucoup de monde d'ailleurs ont cette facheuse tendance à réduire, stigmatiser, étiquetter... Je ne vois dans chacun que l'humain qui se dessine, peu importe la couleur, la religion, la culture... Chacun est riche de ce qu'il porte, il est unique... Alors pourquoi sans cesse généraliser?...

9:39 AM  
Blogger lynn said...

Sonia,

Tu as tout à fait raison, je partage ton point de vue.
Mais ce qui attire mon attention dans cette affaire d'image que l'autre renvoie, c'est de constater que les universitaires eux même confirment cette idée de paraître!
Je dis que comme dans tous les pays, les bons et les mauvais existent, mais de là à faire des études sur la thématique, preuves à l’appui, c'est que le fait en lui même est remarquable.
Si on inversait un peu la tendance pour aller chercher autres caractères marquants.
Je me suis amusée à mettre en parallèle plusieurs textes et critiques pour constater, faire une sorte de statistique des points redondants et récurrents: d'où le terme que j'ai utilisé dans le texte de départ:"cela me laisse perplexe".
Sonia, tout comme toi , je n'aime pas généraliser.Je respecte la différence, je suis pour le partage de la culture de l'autre.On apprend beaucoup à son contact.On s'enrichit sur le plan humain de par ce contact aussi

Lynn

10:43 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

9:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

9:32 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

7:24 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

8:05 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home